Joachim Robert

Joachim
Robert

blog.joachimrobert.com

portfolio

bio

RSS

Archives

  1. Comment une de mes photos est devenue virale sur Tumblr (35000 notes) après avoir été légèrement retouchée :
http://www.americanphotomag.com/article/2013/04/behind-notes-joachim-roberts-paris-skyline

Here’s how one picture of mine has gone viral on Tumblr (35000 notes) after having been lightly edited :
http://www.americanphotomag.com/article/2013/04/behind-notes-joachim-roberts-paris-skyline Comment une de mes photos est devenue virale sur Tumblr (35000 notes) après avoir été légèrement retouchée :
http://www.americanphotomag.com/article/2013/04/behind-notes-joachim-roberts-paris-skyline

Here’s how one picture of mine has gone viral on Tumblr (35000 notes) after having been lightly edited :
http://www.americanphotomag.com/article/2013/04/behind-notes-joachim-roberts-paris-skyline
    High Resolution
  2. Ibarron, noël 2011.

    Ricoh GR1s + pinhole.

    (Source : blog.joachimrobert.com, via joachimesque)

  3. A cold evening in Paris. Contax G1, Zeiss Planar 2/35 T*. Kodak EPR 64. A cold evening in Paris. Contax G1, Zeiss Planar 2/35 T*. Kodak EPR 64.
    High Resolution

    A cold evening in Paris. Contax G1, Zeiss Planar 2/35 T*. Kodak EPR 64.

  4. Dimanche 16 Décembre 2012. Manifestation pour le mariage pour tous.

    Je devrais retrouver la fille de la #2. Si tu la connais, contacte-moi.

  5. this week’s haul ! (by Joachim) this week’s haul ! (by Joachim)
    High Resolution

    this week’s haul ! (by Joachim)

  6. 360 in 372, in english

    joachimesque:

    This is a long article in english, the translation of this recent post in French : 360 in 372, in which I’m writing about my book project. It’s a new project that brings my round the world travel to conclusion.

    Pour le post français, cliquez ici.

    1

    The travel

    Three years ago, I started a big adventure that ended a year and a week later. It was a travel around the world, a kid’s dream that brought me to Mongolia, in the Andes, in Tokyo and New York City. I shot 5,000 pictures on film, and thrice as much on digital, a blog with tens of thousands visits ; three travel journals filled to the brim with train tickets, foreign coins, bills ; a hundred postcards sent, dozens of new friends and lots of memories in my head.

    2

    A rough draft

    When I came back I started to think of the way I could make the project evolve : I’d have to organize all the stuff I brought back, classify and order it in the pages of a book so I could share the experience with my friends and family. A lot of people have followed my travels through my blog, and I’m thinking some other readers could enjoy reading amazing stories, incredible projects and travel journals.

    A year-long travel is a huge thing. You need time to land and take a step back, then some more time to get back deep in the raw material : pictures, journals, memories…

    For the last few months I’ve been working as a freelancer. It’s the perfect opportunity to work on this project.

    3

    the battle plan

    I want my project to be authentic.

    The travel lasted for a year, and got me to live a lot of adventures. I could never communicate but a fraction of these, and this fraction would still be gigantic. All the preparatory work was to select, edit, classify the stuff I brought back. My book needs to mirror the rhythm of the travel and the diversity of the experiences, with an emphasis on the richness and depth of these. I could print a series of 20 pictures without any link between them except for a common theme of “travel”, but it wouldn’t give justice to everything I’d like to share.

    I had to aim high, way high.

    A page spread per day. This should be quite a big book1.

    4

    Each spread will have various contents according to the day : a lot of pictures or not even one, drawings and paintings and sketches from the postcards I sent, blog texts or notes from my journal, even the daily selfportraits I shot, links to online contents… all of these will be arranged in an original manner, one day following the plan of a city, the next day displayed as a panoramic, playing with shapes and colors, contents and texts… I’m a graphic designer, I might as well have fun with the project!

    The book would then be available on paper, as well as digitally (PDF, web…). The real-life book would cost more, of course, but the digital opus wouldn’t be as beautiful and smell as good.

    At first, the book would be in French, but half the texts are already translated, so it wouldn’t be too long to get it in English.

    5

    a work in progress

    These last two weeks, I’ve worked hard on the book… or at least a part of it, covering my stay in the Philippines, Korea and Japan. 42 days, from February 26th to April 9th, 2010.

    The preparatory work has allowed me to try a few things on various formats, the type of texts and visuals I’d want to include, the visual identity and codes, the composition… This time has been productive and I’m starting to be quite satisfied of the results. The images displayed in this article are from my preparatory work.

    6

    what’s next?

    What should I do now?

    Simply put, I’ll just have to find a deal with a publisher, then I’ll make the rest of the book, it’s printed and sold and you can buy & read it.

    It’s not simple at all, actually. One of the numerous reasons is that the publishing world has been in recession for the last few years, fewer people buy “beautiful books”, especially when you can see them on the Internet. My project is very ambitious, and might not be commercially viable : you don’t see lots of big books in bookstores, and there might be reason to that. It’s a risky bet : a “big” publishing house might not want a single-shot project from an unknown author ; and a smaller publisher might not be able to support financially the printing/stocking/distribution of such a behemoth of a book. I’d like to be wrong though, after all I don’t know the publishing world that well…

    7

    I also thought of auto-edition. Looking at the scope of the project, I don’t have an answer yet. Blurb would not do with the specific format of my project (440 pages max) and I’m not a big fan of the paper/printing quality. Financing a first “small” run with French Kickstarter equivalents like KissKissBankBank or Ulule could work, but I’d have to improvise myself as a publisher, which I’m not. It would also require a big sum of money to finance that, much bigger than the micro-sponsoring scheme that helped me travel.

    These are the questions I’m starting to work on, these days. I’ll try to meet with people who can help and advise me on the path to printing that book. If you know people who work in publishing, in the media, in the travel industry, I’m interested : joachim.robert@gmail.com

    All the images come from the book preview I’m working on. These might change as the project evolves.

    8


    1. 372 spreads = 744 pages. Add to it the travel preparation and a few more pages, you get to a big volume of 760 pages. A big fat monster book. Yann Arthus-Bertrand’s book 365 jours pour réfléchir à notre Terre is around that size, is 2” thick and weighs about 5lbs.

      And to complicate things, I want it to be a 10” square. If such a book is printed on 115g/m2 paper, it will weigh about 6lbs. Which is a lot, for a book. 

  7. 360in372

    joachimesque:

    C’est un long article, je parle de mon projet de livre. C’est un nouveau projet qui continue mon voyage autour du monde, le développe, et le conclut.

    This post is in French only, but I might translate it in the near future.

    1

    le voyage

    Il y a trois ans, j’ai commencé une grande aventure, qui s’est terminée un an et une semaine plus tard. C’était un tour du monde, mon rêve de gamin, un voyage qui m’a entrainé en Mongolie, dans les Andes, à Tokyo et à New York. Un total de 5000 photos argentiques et trois fois plus de photo numériques, un blog et des dizaines de milliers de visites ; trois journaux de voyage remplis de billets de trains, de pièces de monnaie, de tickets de caisse ; une centaine de cartes postales expédiées, des dizaines de nouveaux amis et des souvenirs plein la tête.

    2

    une ébauche de projet

    À mon retour, j’ai commencé à réfléchir sur l’évolution du projet : organiser tout ce que j’ai rapporté, et entreposer ça entre les pages d’un livre, afin de partager cette expérience inoubliable avec mes proches, ma famille & amis, tous ceux qui ont suivi mon périple à travers le blog, et, pourquoi pas, d’autres lecteurs qui sont intéressés par les belles histoires, les projets incroyables et autres carnets de voyages.

    Un an de voyage, c’est énorme. Il faut du temps pour atterrir et prendre du recul, puis du temps pour s’immerger à nouveau dans tout le matériau brut de la mémoire : les photos, les journaux, les souvenirs…

    Depuis quelques mois, je suis travailleur indépendant. C’est une opportunité parfaite pour me replonger dans ce projet… et j’ai donc commencé à y travailler.

    3

    le plan d’attaque

    Je veux que mon projet soit authentique.

    Ce voyage a duré un an, et m’a fait vivre d’innombrables découvertes. Je ne pourrai jamais communiquer qu’une fraction de celles-ci, et cette fraction sera tout de même énorme. Tout le travail préparatoire a été le tri, le classement, la sélection ou l’éditing de cette masse de matériau. Il faut que mon livre reflète le rythme du voyage et la diversité des expériences, mais surtout la richesse de celles-ci. Imprimer une série de 20 photos qui n’auraient pas de lien entre elles mis à part le thème bien large du “voyage” ne rendrait pas justice à tout ce que je voudrais partager.

    Il a donc fallu que je vise haut.

    Une double page par jour. Ça va faire un gros livre1.

    4

    Cette page double contiendra, selon le jour, plein de photos ou pas une seule, des dessins, peintures ou croquis de mes cartes postales, des textes de blog ou des notes retranscrites de mon journal, un autoportrait-à-bout-de-bras que je prenais quotidiennement, des liens vers les contenus en ligne… Et la mise en page changera, variera, suivra un jour le plan de la ville, ou présentera le lendemain un panoramique, jouera avec les couleurs et les formes, les contenus et les textes… Je suis designer graphique, autant que je m’amuse avec ça !

    Ce livre serait donc disponible au format papier, ou numériquement (en PDF, web et autres). Le livre papier coûtera plus cher, bien entendu, mais le livre numérique ne sera peut-être pas aussi beau, et ne sentira pas aussi bon.

    5

    work in progress

    Ces dernières semaines, j’ai travaillé sur mon livre. Enfin, sur une partie, qui couvre mon passage aux Philippines, en Corée puis au Japon, soit 42 jours, du 26 février au 9 avril.

    Ce travail préparatoire m’a permis de faire des essais sur le format de pages, les contenus textuels et visuels, l’identité grahique, la composition page après pages… Cette période a été productive et je commence à être très satisfait du résultat. Les illustrations de cet article sont issues de ce tavail préparatoire.

    6

    la suite du projet

    Et maintenant, c’est quoi le plan ?

    C’est simple : je trouve un moyen de le faire éditer, je compose le reste du livre, il est imprimé puis vendu, et tu peux le lire.

    Non, en fait c’est plutôt compliqué, pour plusieurs raisons. D’une part, le secteur de l’édition a été gravement touché par Internet : moins de gens sont susceptibles d’acheter des livres, mêmes beaux, mêmes intéressants. D’autre part, mon projet est ambitieux, si tu vois peu de livres aussi gros sur les étagères de la Fnac ou de chez Mollat (big-up les bordelais !), c’est bien pour une raison. C’est un pari très risqué : un “gros” éditeur ne voudra peut-être pas d’un projet unique d’un auteur inconnu, sans rapport avec ses collections ; et de même un petit éditeur n’aura pas les moyens pour supporter l’édition/stockage/distribution d’un tel livre. J’aimerais bien me tromper, après tout je ne connais pas si bien le secteur de l’édition…

    7

    J’ai pas mal réfléchi à l’auto-édition. Étant donnée l’envergure du projet, je n’ai pas encore de réponse. Blurb ne propose pas de formats adaptés à mon projet (c’est limité à 440 pages) et je ne suis pas fan de la qualité des papiers et de l’impression. Financer une première édition à l’aide de KissKissBankBank ou Ulule pourrait être une solution, mais il faudrait que je m’improvise éditeur, ce que je ne suis absolument pas. De plus, c’est des sommes qui seraient trois fois supérieures à mon projet de micro-sponsor (qui avait financé une partie de mon voyage).

    La question du plan va devoir se poser prochainement, je vais tenter de rencontrer des gens qui pourront m’éclairer et me conseiller. Si tu as des contacts dans l’édition, dans les médias, dans le voyage, ça m’intéresse : joachim.robert@gmail.com

    Toutes les illustrations de cet article sont des captures de la preview du livre, et seront amenées à changer en fonction de l’évolution du projet.

    8


    1. 372 double pages ça fait 744 pages. Quand on y ajoute la préparation du voyage et quelques pages en plus, on arrive rapidement à un livre de 760 pages. Un mastodonte. Le livre de Yann Arthus-Bertrand 365 jours pour réfléchir à notre Terre compte à peu près ce nombre de pages, il mesure plus de cinq centimètres d’épaisseur et pèse deux kilos.

      Pour compliquer encore les choses, je tiens à le faire carré, de 25cm de côté. Si un tel livre est imprimé sur le même papier que l’excellente revue 6 Mois, il pèsera 2.7 kilos au bas mot. Ça fait beaucoup, ça m’étonne même un peu, mais je viens de compter. 

  8. inDesign. inDesign.
    High Resolution

    inDesign.

  9. Les cyanotypes du jour, bientôt sur Etsy!
Today’s cyanotypes, soon on Etsy! Les cyanotypes du jour, bientôt sur Etsy!
Today’s cyanotypes, soon on Etsy!
    High Resolution

    Les cyanotypes du jour, bientôt sur Etsy!

    Today’s cyanotypes, soon on Etsy!

une production joachimesque